• Lundi 2 février 1976

    Ce 2 février n'est pas seulement le jour de la Chandeleur, non il est bien plus important pour moi, car aujourd'hui, cela fait 41 ans que j'ai mis mon fils au monde!

    Voici plus ou moins comment c'est passée cette nuit du 2 février 1976...

    Petite précision, j'ai été obligée de rester allongée depuis le 7ième mois de ma grossesse, conséquences de deux chutes!

     

    Nous sommes dans la nuit du 1 février 1976, mon mari dort profondément et comme à son habitude, il grince des dents ce qui m'empêche de dormir, mais…

    Mais il n'y a pas que ce bruit désagréable des dents de mon jeune époux qui me garde éveillée, non, je ressent à nouveau des douleurs, comme des crampes dans le bas ventre qui irradient jusque dans mon dos,

    Mais cette fois elles sont plus importantes que celles qui j'avais ressentie dans la nuit de vendredi à samedi et qui nous avaient incités à nous rendre aux urgences de l'hôpital d'Ixelles.

    Mon mari avait été furax, le réveillé en pleine nuit, il m'avait hurlé:" tu ne peux pas accoucher en journée comme la plupart des femmes!"

    Avec anxiété je regarde le réveil, il va être 23 heures, j'hésite à secouer mon homme qui à présent dort d'un sommeil paisible.

    Mais la douleur qui à présent me transperce tout le bas des reins et qui me fait sortir un cri de panique, réveille ma moitié.

    «Eh!Ho! Tu ne va pas remette ça hein, laisse-moi dormir je suis crevé»

    Je lui hurle tout en tenant mon ventre; écoute si bébé a décidé de venir en pleine nuit je ne peux rien y faire, alors habille-toi et va appeler une ambulance, dépêche toi!

    Après m'avoir lancé quelques jurons, il se décide enfin à mettre ses vêtements et à me jeter mon peignoir.

    «Tiens couvre toi en attendant et reste tranquille pour ne pas accélérer les choses»

    Quelques minutes plus tard, je l'entends qu'il frappe à la porte de nos voisins d'en bas, il doit s'y reprendre à deux fois car le son de la télévision va assez fort.

    Dès qu'il remonte il me demande si j'ai toujours aussi mal, pas besoin de lui répondre, un autre spasme me paralyse, je sens la sueur me couler sur le front.

    Au loin on entends une sirène, ce doit être l 'ambulance, en effet quelques secondes plus tard la sonnette retentis,mon mari dégringole les trois étages en vitesse et j'entends déjà des pas dans les escaliers et des voix.

    Les deux ambulanciers entrent dans la chambre, «l'un d'eux palpe mon ventre et crie à mon mari: « vite une chaise, nous allons l'asseoir et la descendre, il faut faire vite le bébé seras bientôt là!

    Malgré la sueur qui brouille ma vue, je vois mon époux passer du rose au blanc, il est cloué sur place, l'un des ambulancier doit le secouer afin qu'il prenne ma valise.

    Mais lorsque installée sur une chaise je me sent transportée et que nous franchissons la porte de l'appartement, je panique.

    Seigneur, faite qu'ils ne me lâche pas dans les escaliers c'est si étroit…

    Il me semble que nous ne progressons pas, c'est d'une lenteur et les douleurs qui se rapprochent de plus en plus!

    Enfin nous sommes arrivés au rez de chaussée l'un des hommes va chercher la civière et l'amène près de la porte d'entrée.

    Allez ma petite dame encore un petit effort, à deux nous vous allongeons sur la civière, attention, un...Et deux et hop! Voilà nous y sommes.

    Tout ce que je vois ce sont les lumières des lampadaires des rues qui défilent à toute allure par la fenêtre.

    En moins de quinze minutes nous sommes arrivés à la maternité, on fait glisser la civière et bien vite je me retrouve en salle de travaille.

    Mon docteur est déjà arrivé tout est prêt pour accueillir bébé, tous le monde s’affaire autour de moi, je suis installé sur la table, entre deux contractions je peux lire l'heure, il va être 23 heures 45.

    Je sent une nouvelle contraction qui arrive, la sage-femme me lance; «Allez ma petite dame respirer, bloquer et pousser!»

    Malgré la douleur qui me déchire les reins je ne pipe pas un mot je me contente de faire ce que l'on me dicte.

    Soudain j'entends un bruit de chute puis des rires, «et bien madame votre mari n'est pas aussi courageux que vous»!

    On évacue mon époux qui est aussi blanc que le drap de mon lit, je souris malgré la douleur.

    Par contre dans la salle juste à côté de celle-ci, une autre femme est en plein travaille également mais alors, elle hurle et crie qu'on la laisse 'mourrir qu'elle n'en peux plus'.

    Après une dizaine de «respirez-bloquez et poussez» je regarde une dernière fois l'horloge, minuit 10 , je pousse une dernière fois puis je ressent comme une énorme déchirure lorsque la tête de bébé franchis la porte de la vie, et ensuite un grand cri!

    Puis le silence, je m'inquiète, je panique mon Dieu mon bébé que lui arrive t-il?

    La sage-femme me rassure « votre petite garçon à le cordon ombilical enroulé autour du cou, cela arrive souvent»

    Avant qu'elle ne termine sa phrase on me met mon bébé dans les bras, il est un jaune aussi, mais c'est la jaunisse du nouveau-né me dit on.

    Voilà mon mari qui entre, il est pâle mais un sourire illumine son visage en apercevant son fils dans mes bras.

    «Excuse-moi me dit-il c'était trop pour moi»

    Je lui répond: Et bien pour un qui a travaillé comme infirmier...mais bon cela arrive tu sait ce n'est pas évident, mais regarde comme il est beau, il a ses dix doigts, tous ses orteils et un beaux petit nez, mais surtout une sacrée touffe de cheveux noirs tous bouclé!

    Et voilà, comment c'est passé plus ou moins la naissance de mon premier enfant, Stéphane ce 2 février 1976 à minuit 12, Cigalette n'avait pas encore 21 ans, mais était une maman et une épouse comblée.

    Qui m'aurais dit alors, que 5 ans plus tard ce bonheur allait voler en éclat, plus ou moins 1 an  après la naissance de notre fille?

    S'en est suivis des déchirures, des moments de grandes détresses, de galères puis un jour, le soleil c'est enfin levé et m'a permise de rencontré mon deuxième mari, bonheur hélas de trop courte durée.

    Il était écris dans le ciel que dès ma naissance je devrais passer par de terribles épreuves et que pour moi, le bonheur serait toujours éphémère.

    J'ai grandis seule sans mes parents et je mourrais seule sans mon mari dans ma grande maison ou ailleurs…comme beaucoup d'entres nous, ainsi va la vie!

    Mais je garde bien précieusement au fond de moi ces merveilleux moments où j'ai mis au monde mes deux enfants.

    Ils sont mes deux plus beaux cadeaux qu'il me reste de mon premier mariage.

    Aujourd'hui j'ai d'autres rayons de soleil qui illuminent la dernière phase de mon existence, ce sont mes quatre petits-enfants, et je compte bien en profiter au maximum au rythme que Dieu m’octroieras.

    Alors, joyeux anniversaire à mon fils Stéphane, en septembre se sera au tour de ma fille de fêter ses 37 printemps.

    Cigalette

    Je n'ai hélas plus de photos de la naissance de mon fils, à cette époque c'était encore le temps où l'on devait faire développer les photos et figurez-vous que mon premier mari avait égaré le film...Enfin c'est ce qu'il m'a toujours dit...

    Et les photos de son enfance, beaucoup ce sont égarées au cours de mes multiples déménagements! Ou que mon ex mari a gardé pour lui...

    Lundi 2 février 1976

    Lundi 2 février 1976

    Aux environs de 1991 avec sa sœur

    Lundi 2 février 1976

    La dernière fois que je l'avais vu avant notre déménagement pour la campagne c'était en 1999

    Lundi 2 février 1976

    En 2015

     

     

     


  • Commentaires

    1
    annie31
    Jeudi 2 Février à 08:42

    Il est très touchant votre récit. C'est un bien beau garçon.

    Joyeux anniversaire à Stéphane (le même prénom que mon fils).

    Bonne journée. Bisous.

      • Jeudi 2 Février à 09:54

        Merci Annie, oui mes deux enfants sont très réussis:-)) bonne journée et merci

    2
    Jeudi 2 Février à 08:53

    C'est très émouvant Francine

    Une Maman n'oublie jamais la naissance de son enfant

    Ton fils est un beau garçon 

    Je te souhaite une belle journée 

    Bisous 

      • Jeudi 2 Février à 09:54

        Merci mais ma mère biologique ne se souvenait pas du jour de mon anniversaire tant elle m'en voulait d'avoir chamboulé sa vie si jeune!!

        Un jour de nos très rare rencontre elle avait dit à mon mari" le jour où je l'ai chi...j'aurais dut la balayer tout de suite et la mettre à la poubelle"...

        Hélas mon fils est très beau mais il va être reconnus handicapé à vie à cause de son dos, plus de 10 opérations! et aujourd'hui piqure et anti douleur tous les jours...

        bonne journée

    3
    Jeudi 2 Février à 10:03

    Je suis vraiment désolée Francine 

    Je ne savais pas 

    Bisous 

    Rose 

    Je t'admire et tu le sais pour la Maman que tu es  et la Mamie géniale 

    C'est beau tout ce que tu fais pour ton entourage 

    Reste ce que tu es une personne adorable et sociale 

    Bisous

    4
    Jeudi 2 Février à 10:14

    Merci pour cet émouvant récit... et bon anniversaire à ton fils !

    Passe une douce journée. Bisous.

    5
    Jeudi 2 Février à 10:54

    La vie n'est pas un long fleuve tranquille. Nos plus beaux souvenirs sont la naissance de nos enfants. Mais le temps passe trop vite ...

    Bises, Cigalette, bonne journée.

    6
    Jeudi 2 Février à 11:22

    Ce fut sûrement une nuit éprouvante pour toi,  un très beau récit.

    Bonne journée

    7
    josie
    Jeudi 2 Février à 15:42

    bonjour cigalette,  on ne   vient pas au monde sans peine, a l époque  dure pas de péridurale, le premier  parfois c est long,  il est  beau,  un bon anniversaire a stéphane, mari a un filleul qui porte le meme prénom a peu près le meme age,  le  destin             par la suite  mène ou...........  moi je   n ai que une bien assez vue la vie actuelle,    les savoir  avec des problèmes parfois pas évident, deux ca va,   la vie ne ta pas épargnée non plus malgré tout tu a tenu le coup c est  ce  qui faut, on ne peut pas se laisser abattre non plus,  nous ne sommes jamais contents de notre sort souvent,  on ne prends pas tous le meme chemin,   bonne journée crepes  ou pas  chez moi je n en fait plus, bisous.

    8
    josie
    Jeudi 2 Février à 18:55

    re cigalette, franchement on est a deux pour faire le  baby, et seule avec le gynéco et sage femme a le défaire, loll, hahaha les hommes que leur plaisir, je reviens du lidl, eaux et jus de fruits ,  oranges, j avais besoin des vitamines je ne tiens a attraper la grippe,   il   va   y a avoir du mauvais temps chez nous,   j espère pas de  degats, bisous, bon vendredi

    9
    Jeudi 2 Février à 19:13

    de bons souvenirs ! j'ai eu une panne d'internet ! je passe enfin ! bonne soirée

    10
    Jeudi 2 Février à 20:12

    Des moments dans notre vie de femme que l'on n'oublie jamais.

    Bon anniversaire à ton fils Stéphane

    Plein de gros bisous

    11
    Jeudi 2 Février à 23:19

    C'est émouvant de te lire.

    pas facile tes épreuves. Tu as deux beaux enfants, 4 petits enfants, profites de ce bonheur Cigalette.

    Amicalement et à bientôt.

    12
    Samedi 4 Février à 18:49

    Ton récit est très émouvant...

    Que d'épreuves avons-nous dans une vie ! Heureusement que nous avons aussi des petits bonheurs.

    Bon 40e anniversaire de ton fils Stéphane.

    Je t'embrasse

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :